Les abeilles robots arrivent

Face à la surmortalité incessante des abeilles, les scientifiques se tournent vers l’intelligence artificielle en créant des abeilles robots. Quels sont ces projets fous que les chercheurs mettent au point en ce moment ? Quelles sont les réactions ?

Des drones miniatures

Pour imiter les abeilles, des chercheurs créent des drones miniatures. Ce sont de véritables insectes robotisés qui peuvent accomplir des tâches que seuls les vrais insectes peuvent accomplir à savoir la pollinisation des fleurs. En voici quelques exemples de ces drôles d’invention.

Le Beeonic

A première vue, la ressemblance entre une vraie abeille et le beeonic est presque parfaite. Sauf qu’en réalité, c’est un robot miniaturisé. En effet, les antennes du beeonic sont des capteurs GPS, ses yeux sont des scanners. Pour son alimentation en énergie, ses ailes sont des panneaux solaires. En son intérieur se trouvent un moteur et une batterie. A part ca, il peut aussi accueillir du pollen dans sa queue et son abdomen. Cette invention digne d’une science fiction est attribuée au designer argentin Juan Garcia Mansilla. A ses dires, le but de ce projet est de donner un soulagement aux abeilles qui souffrent partout dans le monde. Cependant, la mise en action de l’engin n’est pas pour bientôt.

Le RoboBee

C’est à l’université de Harvard aux Etats-Unis qu’une équipe de chercheurs a inventée cet autre minidrone poids plume qu’est le Robobee. Depuis sa publication en 2009, il n’a cessée d’évoluer techniquement. Sa taille est de 2,5cm, son poids d’environ 100mg se rapproche de celui d’une vraie abeille. Sur son corps cylindrique horizontal se posent ses ailes qui ressemblent à celles d’une libellule. Pour se poser, il possède trois pieds. Quant à ces capacités techniques, il peut s’aimanter sur un plafond. Il possède aussi des forces électrostatiques et peut rester en l’air sans dépenser d’énergie. Une vidéo de 2013 a montré le premier vol contrôlé de RoboBee, ce drone miniature capable de décoller, de se maintenir en l’air et d’atterrir.

Cependant, pour que l’engin ressemble vraiment à un insecte, il est primordial de le rendre autonome. On devrait aussi l’équiper de capteurs pour l’imitation des yeux et des antennes.

Des « abeilloïdes »

C’est toujours dans cette université de Harvard que les chercheurs ont inventé des « abeilloïdes ». Grâce à la piézoélectricité, ces robots-abeilles peuvent voler à une vitesse de 120 battements d’ailes/seconde. Ils mesurent 3cm d’envergure pour un poids d’environ 80 microgrammes. Les scientifiques ont aujourd’hui l’intention de déployer ces abeilloïdes en milieu naturel et agricole afin de tester leur efficacité en situation réelle.

Les réactions

Certes, on trouve dans ces ingénieuses inventions de bonnes intentions à savoir la préservation de la biodiversité. Mais de nombreuses questions se posent tout de même. Ces soit disant solutions peuvent-elles compenser la disparition des abeilles ? Qu’en est-il aussi des éleveurs d’abeilles ? L’avenir semble confus pour les apiculteurs qui sont de vrais amateurs de la nature. Les Organismes protecteurs de l’environnement sont très réticents à l’encontre de ces projets. En effet, selon Greenpeace, le plus important est de lutter contre la disparition des abeilles non pas de compenser leur absence en créant des robots.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *